Panama : Le long retour vers Cali …

Panama : Le long retour vers Cali …

Tout a commencé quand Nicolas nous a emmenés à l’aéroport à 14H, pensant partir à 16H55.  En fait, l’avion était à 17H55… mais nous sommes habitués aux attentes dans les aéroports et on prend les choses du bon côté: essais de parfums, lectures …

À 17h55, nous n’avions toujours pas embarqué et commençions à trouver le temps long…

A 18H15, on nous annonce un embarquement imminent, le retard étant dû à des vérifications techniques. On finit par embarquer vers 19H. Nous savons alors que nous sommes certains de rater notre correspondance à 20h30 à Bogota pour Cali.

À 19H30, le pilote nous demande de patienter dans l’avion, les techniciens étant toujours au moulin…

A 20H00, c’est un pilote désolé qui nous demande de ressortir de l’avion, les techniciens  n’ayant pas encore réparé le « problème de régulation de température ». Notre compagnie Avianca nous invite au restaurant, en l’occurence une petite cafétéria dans l’aéroport. Mais nous sommes une bonne équipe de ….250 donc attente, mécontentement, bref, le bazar.  Notre famille, assez réactive, passe dans les premiers.

Plus de 2H après, vers 23H, on nous annonce que la réparation de notre paquebot est impossible et on nous invite à récupérer nos bagages pour l’hôtel. L’organisation est calamiteuse, nos petites hôtesses se contredisent avant de nous presser à monter dans des bus, femmes et enfants d’abord, enfin presque… : je pars dans le premier convoi avec les enfants mais le papa, resté avec les bagages nous rejoindra bien plus tard en minibus. Les enfants sourient quand on les dépose dans leur lit à 1h du mat. Ils ont été extras… Tout se termine bien : Avianca nous a promis un avion à 9h et une navette pour l’aéroport à 7h30… Nos élèves nous attendront eux à 7H20 à Cali.

Réveil 6h, petit déjeuner… à 7H30, nous sommes fins prêts pour la navette … ANNULEE! car finalement, on embarque à 11h dans un nouvel avion qui part vers 12h00.

À 11h30, l’embarquement n’a toujours pas eu lieu, mais on nous demande de changer de salle d’embarquement …  On aperçoit au loin un 767 Avianca, avec des gens qui s’agitent autour…. À 12H, on nous demande encore de patienter car un avion pour la Havane occupe la porte d’embarquement : les passagers commencent sérieusement à s’énerver, passent devant le comptoir et acculent les hôtesses contre les vitres, la pression monte … Malgré les tentatives d’explication, personne n’y croit plus… En réalité, c’est le même avion que la veille, Avianca a simplement fait venir des pièces depuis Bogota pour la réparation … Le doute s’installe sur la fiabilité du vol…

Nouveau coup de théâtre, on demande à notre petite troupe de changer encore de salle d’embarquement, mais là,  un mouvement de révolution s’installe et personne ne bouge : on demande à Avianca de nous prouver que l’avion est capable de sortir de son parking. C’est presque comique : les hôtesses s’énervent un peu au micro, insistant pour que l’on change de salle. Mais…. contredisant nos hôtesses, notre gros 767 se fait tirer par une petite voiture qui le dirige vers notre porte d’embarquement. Nicolas dégaine l’appareil et  prend le chauffeur énervé, qui ne voit pas l’intérêt, comme nous, de changer de porte :

Panama 605

Panama 604

Le vol fut un peu acrobatique, des gouttes d’eau nous tombaient dessus (phénomène normal d’après les hôtesses …) et pas mal de trous d’air plus tard, nous avons atterri, très soulagés. À Bogota, par chance, il y avait un Bogota-Cali 30 min plus tard qu’on a pris pour arriver ENFIN chez nous à 18H00…. MAIS sans les bagages : il ne fallait pas trop en demander et heureusement j’avais sur moi les clefs de la maison.

Avianca nous a livré les bagages le lendemain à 10h00.