J8- Pinar del rio- Vinales

J8- Pinar del rio- Vinales

Mercredi 27 Avril

Départ du camp comme prévu vers 9H on suit la jolie côte en regardant la qualité des plages. Petit arrêt changement de roue suite à un clou mal placé et nous continuons d’Est en Ouest, nous longeons des plages de plus en plus jolies jusqu’à nous faire regretter de n’être restés un peu plus à 20km de La Havane les plages de L’est sont de sable fin et nettoyées, l’eau est toujours superbe.

cuba5 040

A 1Oh on atteint la Havane et on prend la direction sud oust pour rejoindre Pinar de Leon encore une fois, merci le GPS.

Seul contretemps un des nombreux autostoppeurs de Cuba au niveau d’une station service est plus incisif que les autres, il stagne au milieu de la route en faisant signe de se garer Fabienne l’évite mais du coup nous n’allons pas faire de l’essence. Nous vivrons les derniers kilomètres sur la Réserve et un peu stressés nous sortirons même de l’autoroute sur une petite bourgade pour remplir le réservoir.

Une pizza à Pinar del Rio et nous franchissons les derniers kilomètres jusqu’à Vinales. Nous commençons le tourisme avant même d’être logés avec un petit arrêt lemon-tukola au mirador des Minales grand hotel. La vue sur la vallée de Vinales est bluffante, nous avons l’impression qu’ils ont téléportés la baie d’Along du Vietnam et enlevé la mer. En fait il s’agit de Mogottes : suite à une élévation de terrain de l’eau est passée dessous et a provoqué des effondrements de terrains qui ont formés ces curieuses boules de roches très travaillées.

cuba5 046 cuba5 051 cuba5 053 cuba5 064

Nous nous arrêtons  4km plus loin pour visiter la casa del vergero, premier contact avec le tabac, nous voyons un champ cultivé à la moitié de l’année avec du tabac et l’autre du mais. La maison de séchage du tabac est occupée par un vieux cubain qui nous explique le processus de culture et de séchage du tabac, il fume 10-15 gros « havane » par jours en fait « vinales » mais sans avaler la fumée. Pour la deuxième fois on ressent cette frustation des cubains conscients qu’ils ne sortiraient jamais de leur île. Cela ne l’empêche pas d’assurer doctement que les champs et le tabac de Cuba sont les meilleurs du monde.

cuba5 065 cuba5 066 cuba5 070 cuba5 072

Puis nous avons la démonstration de la fabrication manuelle des cigares, le type est très gentil, il n’y a pour l’instant aucun car de touristes nous luis achèterons deux paquets de petits cigares pour nos amis français amateurs

cuba5 078cuba5 083 cuba5 084

Arrivée sur Vinales, nouvelle Casa on pose les bagages et nous repartons visiter la grotte de l’indien dans un de ces fameux mogottes. Donnée pour très touristique par le lonely planet, à 16H nous sommes seuls et c’est très agréable de se promener au frais dans une jolie grotte propre, la visite de se termine par une promenade sur un lac souterrain.

cuba5 089 cuba5 092

cuba5 155 cuba5 093 cuba5 104 cuba5 112 cuba5 113 cuba5 114 cuba5 116 cuba5 137 cuba5 138 cuba5 141

Nous prenons quelques petits chemins pour observer les mogottes de plus près, ainsi qu’une « fresque » peinte par 15 hommes en 5 ans.

cuba5 146

Petit coup de stress il n’y a pas de distributeur à Vinales, il nous restera après avoir payé l’hôtel 150 pesos nationales soit 6$. Ceci est trop peu pour aller à la plage, manger, payer les droits d’entrée et rajouter de l’essence donc si la banque refuse le lendemain de prendre la Visa, nous rentrerons directement à la Havana et à 60km/h vitres fermées pour économiser le carburant.

Nous réessaierons avec un petit rhum le cigare, mais même sans avaler la fumée, Fabienne et moi ne gouttons pas trop les subtilités