j10 Kyoto Visite3

j10 Kyoto Visite3

Nous avons décidé d’alléger en temples le jour 3 donc on part directement au Arashiyama Monkey Parc c’est un parc à singes offrant une belle vue sur la ville. Le tarif est un peu élevé et on commence par une bonne montée à pieds de 200m verticaux en lacets au milieux des arbres.

On arrive en haut au milieu des singes et des touristes ou inversement, et chacun d’entre eux à  été baptisé

avec un nom que l’on ne connait pas. Comme nous sommes en Avril beaucoup de femelles (singes) on des petits et le spectacle est plus intéressant. Nous n’avons bien sûr pas le droit de les caresser mais on peut les nourrir un peu à travers une grille, mais ce sont les nourrisseurs qui sont enfermés. Après 40mn de singes on redescend rapidement encore au milieu des arbres et c’est très agréable.

On enchaine ensuite à pied à Arashiyama Bamboo Grove un passage dans une forêt immense de bambous. L’ensemble est génial les bambous parfait mais le trop grand nombre de touriste gâche un peu l’impression car nous sommes quasiment tous ensemble à la queue leue et ce n’est pas très agréable. Il faudra notre esprit d’initiative pour revenir en faisant une boucle dans la campagne qui nous débarrassera de la masse des touristes et nous permettra de profiter du chemin et du canal.

 

On reprend finalement la voiture vers le Otagi Nenbutsuji Temple beaucoup plus au nord et plus isolé. Là c’est très sympa une horde de statuettes orne tout le temple qui lui est moyennement intéressant. Construit en 766, il est détruit peu de temps après, au début de la période Heian (794-1185), par une crue de la rivière Kamo. Il est alors reconstruit comme une annexe de l’Enryaku-ji, temple de l’école Tendai sur Mont Hiei. Subissant une catastrophe après l’autre, y compris un feu de guerre civile et plusieurs typhons, il est transféré en 1922 à son emplacement actuel dans la zone de Sagano. En 1981, lors des travaux de rénovation, Kocho Nishimura (1915-2013), moine responsable du site, lance un appel aux fidèles et à la population pour la réalisation de centaines de statues en pierre. Il souhaite remplir l’enceinte du temple de sculptures de Rakan, les plus grands disciples de Bouddha. Nishimura se charge d’enseigner les rudiments de la sculpture aux volontaires ; et le résultat ne se fait pas attendre. Rapidement, 500 rakan sont installés. À terme, en 1991, les fidèles en réalisent 1 200, tous différents les uns des autres, disposés en rangées sur des murets et sur les pentes herbeuses du temple. Selon le souhait de Nishimura, chacun y transpose sa vision du Bouddha à travers son plus dévoué disciple, le rakan.

 

Il est amusant de regarder avec attention la multitude d’expressions et d’attitudes de ces statues de pierre. Certains rient, s’enlacent, trinquent, vous saluent.

Ceci donne lieu à une production inspirée d’Alexane :

 

Puis un petit musée sur le site

 

On repart et on s’arrête grâce à Fabienne dans un KaisenSushis qui nous tendait les bras. C’est un super moment le restaurant couplant le principe du Kaisen avec la livraison automatisée. On se régale.

C’est un peu le paradis et on en profite

Il nous semble cependant trop tard pour enchainer tout ce qu’on avait prévu donc on descend simplement au Castle Nijo que l’on avait écarté le premier jour.

Il ne nous reste pas beaucoup de temps donc on se gare rapidement et c’est parti pour la visite du château qui est simplement monumental, d’immenses pièces de réception. Le château a une histoire particulière car il a marqué la transition entre les Shogun et l’empereur.

Sinon les pièces sont jolies il y a des statues qui représentent les seigneurs mais l’afflut de touristes et la visite au train train est un bof.

On ressort du château sous la pluie ce qui oblige nos vaillants jeunes enfants à aller chercher les parapluies dans la voitures, puis on part à pieds dans les rues de Kyoto pour rejoindre le musée du Manga.

Le musée du Manga regroupe 300 000 mangas dont 95% en japonais mais il y en quelques uns en anglais et français également.

Il y a des récapitulatifs par année et des planches expliquant la conception des mangas, c’est très intéressant mais on finit dans des gros poufs à lire … tout simplement des mangas jusqu’à la fermeture 18H.

Petit passage dans un Dawnson pour prendre le repas du soir (excellents approvisionnements de sushis, bento et autres plats dans les épiceries de quartier. Et puis on rentre